Eaux usées: une ressource précieuse pour l’agriculture

agriculture, irrigation

- le 26 Jan 2017

Les eaux usées dans l’agriculture : une ressource précieuse à risques ?

Conséquence du réchauffement climatique, les pénuries d’eau s’aggravent dans certains pays (Égypte, Mexique, USA), tandis que la demande, corrélative à la croissance démographique, ne cesse de croître. La production de nourriture va augmenter de 50% d’ici 2050, or 70% des prélèvements mondiaux en eaux souterraines sont déjà destinés à l’agriculture.

Encore sous utilisées aujourd’hui, les eaux usées domestiques et industrielles pourraient devenir une véritable ressource pour les exploitations agricoles.

eaux usées agriculture

Contenant des nutriments, favorables à la production agricole, elles renferment cependant de nombreux agents pathogènes, métaux lourds ou composés organiques toxiques. L’utilisation de ces eaux pourrait entraîner des risques sanitaires importants pour les agriculteurs, les communautés locales et les consommateurs de produits issus de cultures irriguées. Traitement et utilisation appropriée représentent donc un défi de taille pour nombre de pays.

Le potentiel réaffirmé lors du récent « Forum Mondial pour l’Alimentation et l’Agriculture »

M. De Souza** a réaffirmé qu’ « utilisées et gérées en toute sécurité en vue d’éviter des risques environnementaux et pour la santé, les eaux usées peuvent passer de fardeaux à atouts », à l’occasion du « Forum Mondial pour l’Alimentation et l’Agriculture » (GFFA)*.  Cette rencontre annuelle donne l’occasion aux agriculteurs, scientifiques, décideurs politiques… d’échanger sur les questions cruciales affectant l’avenir de l’ensemble de la chaîne agroalimentaire.

La dernière édition s’est tenue à Berlin du 19 au 21 janvier 2017, sur le thème « L’agriculture et l’eau – les clés pour nourrir le monde ». Des interventions comme « From toilet to table : how wastewater can contribute to food security ? » ou « Innovative regional and national approaches to efficient water use in agriculture in Africa » ont permis d’éclairer les enjeux et impacts représentés par le traitement et l’usage de ces eaux.

Dans l’attente de la publication des conclusions de ces interventions, notons quelques initiatives prises par les pays d’Afrique du Nord.

Des initiatives pour optimiser la gestion des eaux usées dans l’agriculture

L’Égypte a des ressources en eau limitées, d’autant qu’elles sont extrêmement polluées. Le pays explore donc des options pour traiter (création de zones humides artificielles) et réutiliser les eaux usées, notamment dans les projets agro-forestiers.

En juin 2016 a également été lancé le projet de Recherche et Développement MADFORWATER, financé par le programme européen Horizon 2020. Il a quatre ans pour atteindre son objectif ; le « développement et l’application de solutions technologiques et de gestion cohérentes pour le traitement des eaux usées et leur réutilisation efficace pour une agriculture adaptée aux besoins des pays méditerranéens africains ».

Les nouvelles technologies développées devront s’adapter au contexte de 3 pays : l’Égypte, la Tunisie et le Maroc, produire une eau de qualité suffisante pour l’irrigation, permettant de réduire l’exploitation des réserves d’eau dédiées à l’agriculture et, à terme, d’accroitre la production agricole.

Du succès de ce programme dépend sans aucun doute le déploiement à plus grande échelle de nouvelles pratiques agricoles.

Les eaux usées commencent à être considérées comme l’une des réponses à l’insécurité alimentaire, avec pour corollaire la réduction des impacts environnementaux, la création d’emplois… Ce principe est réaffirmé, et donne naissance à de multiples initiatives, chargées d’en optimiser la gestion, notamment en Afrique du Nord.

* Conférence internationale organisée, entre autres, par la FAO tous les ans au mois de janvier. **Marlos De Souza: Fonctionnaire principal au sein de la Division des terres et des eaux de la FAO